Prodeos.fr dans le monde et toujours en français

Posted on July 30, 2010

Prodeos In FrenchLe Blog Prodeos.fr a été créé dans le but de communiquer, d’échanger, de débattre sur le PLM et ses sujets connexes. L’Open Source est révélé à deux niveaux chez Prodeos. Sur un niveau logiciel, ce sont les sources mises à disposition sur notre portail CodePlex, sur le niveau des concepts PLM nous exprimons aussi l’Open Source à travers le but collaboratif de nos discussions pour permettre de mettre à disposition de nos lecteurs des points de vue divers.

Alors que nous avançons sur la traduction en Anglais de notre site institutionnel http://www.prodeos.com, nous n’avons pas l’intention de passer ce blog en anglais. Par la taille et le modèle économique de Prodeos, nous nous adressons aux entreprises françaises, de la TPE aux grands comptes, et notre but est de vulgariser un maximum de concepts du PLM pour que ce type de démarche ne soit plus une stratégie réservée aux grands groupes et pour que les TPE et PME ne soient plus simplement des acheteurs de solutions, qu’elles maîtrisent les problèmatiques d’une stratégie PLM avant d’acquérir une solution qui la supportera.

Nous recevons des messages de temps en temps de non-francophones nous indiquant que notre blog devrait être en anglais, et nous sommes convaincus que si nous le faisions, nous multiplierons par 10 le nombre de visiteurs journalier. Cependant ça n’est pas notre but, nous sommes un des rares Blogs traitant de ce sujet en français sur le web (vous pouvez aussi visiter le “journal PLM d’Hervé Menga”) et espérons conserver votre confiance pour en être une référence. Cependant pour faciliter l’accès aux langues étrangères, nous avons ajouté il y a quelques mois, des drapeaux sur la droite qui permettent de lancer une traduction executée par Google et certaines de nos vidéos sont commentées en anglais.

Nous remercions donc toutes les personnes qui nous suivent et tout particulièrement les non-francophones qui tentent de déchiffrer nos articles à travers des traductions google encore peu performantes à notre goût.

World Access Prodeos - Map

World Access Prodeos - Map

World Access Prodeos - Shares

World Access Prodeos - Shares

Souhaitant de bonnes vacances à ceux qui partent au mois d’Août, et un bon week-end pour les autres.

PS: Vous pouvez toujours inscrire votre adresse email ci-dessous pour recevoir la notification de publication de chaque article (cette adresse n’est pas traitée par Prodeos, seul le blog s’en sert pour réaliser une notification, vous pourrez vous désinscrire à tout moment)


 

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Open Source, Logiciel propriétaire, et entre les deux y’a quoi ?

Posted on July 20, 2010

XCodeDepuis quelques semaines voir quelques mois, la stratégie de l’Open Source dans le paysage des “solutions PLM” a nourri quelques blogs et parmi eux deux blogs parmi les plus lus surla planète PLM:

Chacun a traité de cette stratégie aujourd’hui uniquement représentée par Aras Innovator. La bonne surprise est que malgré le fait qu’il connaissent le modèle d’Aras qui veut que le logiciel soit divisé en deux niveaux et le niveau “core” n’a ses sources disponibles que pour les souscripteurs, il n’y a pas eu de blocage.

OpenSource Enterprise

OpenSource Enterprise

Mon analyse sur le fait que ce point ne pose pas de problème à ces deux blogueurs, est le fait que leur intérêt se situe dans le modèle de données. Même s’ils ne le disent pas clairement, en tant que professionnels du PLM, lorsqu’on leur dit PLM Open Source, ils veulent être capable de lire le modèle de données de la solution et de le modifier. Et il n’ont aucun besoin ni compétences pour réclamer les sources du moteur de la solution à l’éditeur.

Alors les puristes de l’Open Source diront que la solution n’est pas Open Source car toutes les sources ne sont pas délivrées (après avoir critiqué le fait que ça ne fonctionne que sur une plateforme Microsoft). Ainsi de la même façon que pour définir le PLM, nous manquons de termes pour définir des solutions qui peuvent se situer entre les deux. Oleg a travers son blog a souvent parlé d’Open Model. Le but est de définir à travers une graduation de termes à quel point une solution est ouverte et permet à d’autres personnes de la faire évoluer, de l’enrichir, de l’interfacer avec d’autres solutions ou tout simplement de l’utiliser sans licence restrictive.

Et tout cela, pour nous, n’a rien à voir avec la gratuité. Même si pour beaucoup Open Source est lié à la gratuité ou au moins à un coup réduit, le  but de l’Open Source est surtout de fournir ouverture et flexibilité. Ainsi au lieu de définir un logiciel soit Open Source, soir propriétaire ne pourrait-on pas établir une matrice avec des paramètres tels que:

  • sources disponibles
  • téléchargement libre
  • API disponibles gratuites, payantes ou autres conditions (certains éditeurs vous demandent des référence clients pour vous fournir les API)
  • modèle de données modifiable
  • etc…

Encore une fois, je ne cherche pas forcément à ce que cette grille soit établie. Le but est surtout d’interpeller sur la question:  à quel point vos solutions logicielles s’ouvrent elles à l’environnement logiciel dans lequel on les installe?

En attendant n’hésitez pas à télécharger cette solution que vous pouvez tester sur votre propre PC:

http://www.aras.com/support/downloads/downloadInnovator.aspx

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Réflexion sur l'Open Source par un non-informaticien

Posted on June 8, 2010

Open Source Initiative

Je souhaite revenir sur le concept Open Source. Comme le dit notre slogan sous notre logo “Votre productivité Open Source” nous concentrons notre activité sur la commercialisation de nos services pour l’intégration, le support et le développement d’applications Open Source ainsi que des formations sur ces applications professionnelles. Mais enfin de compte quel est vraiment l’intention derrière l’emploi de licences Open Source? Quelles sont nos intentions? Je vais donc dans ce court article présenter quelques principes et concepts liés à notre vision de l’Open Source. Je ne suis pas informaticien de formation (profil linkedin), je ne pense donc pas forcément maîtriser tous les concepts liés à l’Open Source (même si l’Open Source n’est pas la propriété du monde informatique), cette réflexion se base principalement sur près d’une année d’activité et de discussions au sein de Prodeos.

Les Buts principaux de l’Open Source:

La question qui se pose ici, est celle du developpeur voir de l’éditeur qui décide de choisir une licence Open Source. Alors bien sûr cette décision peut avoir plusieurs choix distincts selon l’avancement du projet, les ressources disponibles, et la capacité de communication sur la solution. Avant de préciser en quoi ces éléments influent voici ma courte liste des buts concrets (pratiques & economiques) de choisir une licence Open Source:

  • Muscler les compétences techniques: On constate un manque de compétence pour le développement de la solution en cours de réalisation, on recherche l’aide de développeurs externes nous débloquant techniquement.
  • Accélérer le développement: Notre équipe de développeurs est trop restreinte compte tenu du calendrier que nous voulons suivre.
  • Booster la communication sur le produit: On a développé une solution mais on a du mal à grignotter des parts de marchés compte tenu de la faiblesse de notre démarche commerciale, on choisit une licence Open Source pour profiter de son côté attractif, marketing.

Les deux premiers éléments sont les plus importants et les plus liés je pense à la philosophie initiale de l’Open Source. Il y a encore un élément qui tient une grande place dans la philosophie initiale de l’Open Source mais qui pour moi échappe au bon sens et à une réalité économique, c’est le fait de choisir une licence Open Source pour le principe en se disant simplement que tout code devrait être libre. Dans le monde professionnel cela n’a pas de sens si cette décision n’est pas accompagnée d’un des éléments cités précédemment.

L’apport pour les utilisateurs

Quel est le gain pour les utilisateurs? qu’est-ce que cela m’apporte qu’OpenOffice soit Open Source? Lorsque l’on entend “oui j’utilise OpenOffice et c’est bien parce que c’est Open Source”, on sait que pour la majorité des gens, ce qu’ils sous-entendent c’est la gratuité de l’outil et pour certains puristes ce sera juste la fierté d’utiliser une solution dont le code n’est pas protégé par une entitée commerciale.

Donc les principaux gains perçus sont:

  • Gratuité: très répandue chez les particuliers cette vision l’est un peu moins dans le monde de l’entreprise où il va falloir évaluer les coûts de support et d’évolution. Et attention, Open Source ne veut pas dire gratuité, même sans parler de support. La license Open Source oblige à rendre les sources disponibles elle n’indique rien en ce qui concerne les packages d’installation par exemple. Ainsi une solution pourrait être vendue de façon packagée, malgré la disponibilité des sources (non compilées).
  • Accès au code-source: Cet élément est souvent mis en avant bien qu’il n’intéresse concrètement que peu de personnes parmi les utilisateurs ou administrateurs. Combien vont modifier le code source de Firefox? Par contre c’est une certaine garantie de survie du logiciel. Si l’entreprise éditrice cesse son activité, il y aura potentiellement des repreneurs compte tenu de la disponibilité du code.
  • Capacité d’interface: Voila un élément que l’on reprendra en conclusion de cet article. L’Open Source permet une transparence au niveau des capacités d’interface de la solution. Ayant accès aux sources, on peut plus facilement comprendre la façon de communiquer entre divers logiciels et en plus cela est favorisé par l’absence de royalties à verser à un éditeur si on vend une solution connectée (de type “add-on” ou “plug-in” par exemple).

Les risques de l’Open Source

Quels sont les risques de l’Open Source? Quand je décide de passer à une licence Open Source quel est le risque pour mon entreprise, mon logiciel?

  • L’absence de revenus: Comme on l’a dit plus tôt dans l’article le choix d’une licence Open Source risque d’être différent en fonction de la phase du projet pendant laquelle on prend cette décision. Si votre solution est développée, packagée, et ne demande pas forcément de service de support, comment allez vous rémunérer votre développement si vous la distribuez librement ? Seules solutions à mes yeux: mettre en place des mises à jours qui semblent obligatoires et facturer un service de migration (pas très honnête) ou offrir la possibilité aux utilisateurs de faire des dons (pas sûr que ça couvre le développement).
  • Le Fork: Le fork c’est le développement d’une nouvelle solution à partir de vos sources. Cela peut arriver par exemple si sur un projet Open Source, certains développeurs ne veulent plus suivre la démarche du coeur des développeurs et reprennent les sources pour en faire une version différente. C’est en quelque sorte le putsch des développeurs.
  • L’image de l’entreprise: Distribuer les sources de son logiciel pour un informaticien c’est en quelque sorte comme faire visiter 100% de son usine pour un industriel. C’est montrer sa compétence technique. Il faut donc s’assurer de la qualité du code pour véhiculer une bonne image de ses équipes de développeurs.

Open Interface, la vraie plus-value

Pour conclure cet article, je voulais présenter le concept d’Open Interface ou Open Modèle. Je pense que c’est là que peut résider le facteur le plus important qui est actuellement dans le concept Open Source et à l’inverse, Il ‘est pas forcément nécessaire d’utiliser une licence Open Source pour offrir une interface ouverte. Microsoft Word par exemple n’est pas Open Source, OpenOffice l’est et pourtant on voit à quel point il est plus simple aujourd’hui (et ne demande pas de coût supplémentaire à l’achat d’une licence MS Word) de s’interfacer avec MS Word. Le VBA intégré à MS Word en plus d’une aide clairement documentée qui présente tous les objets accessibles de MS Word, favorisent ces développements. C’est tout ce que je demande à ce logiciel, je n’ai pas besoin de fouiller dans ses sources. Pour transposer cette problématique a celle de Prodeos dans le milieu du PLM, c’est clairement ce qui manque chez les éditeurs de CAO. N’accède pas aux API qui veut. Nous faisons partie de l’Autodesk Developper’s Network car c’est clairement l’éditeur qui facilite le plus l’accès à ses solutions (en même temps Autodesk ne croit pas aux solutions PLM!)

Et donc Prodeos, vous faites tout sous licence Open Source?

Dans nos premières présentations, nous avions la position suivante (qui n’est plus celle d’aujourd’hui): Si nous sommes capables de développer un logiciel de A à Z sans compétences externes, nous développons sous licence propriétaire classique. Par contre si nous nécessitons une aide qu’elle provienne de développeurs ou de discussions avec des spécialistes du domaines, nous passons sous une licence Open Source. Le but était de ne pas faire de démagogie et de se coller à une réalitée économique. Aujourd’hui nous avons évolué et nous garantissons que 100% de nos développements deviennent Open Source au plus tard dans leur version Beta (évaluation des utilisateurs externes). Nos principales raisons sont les suivantes:

  • Nous espérons attirer des développeurs compétents sur nos projets à travers notre portail codeplex (http://prodeos.codeplex.com/).
  • Nous espérons accélérer certains de nos développements (nous collaborons actuellement avec un partenaires Aras à Singapore qui permettra d’accélérer la phase de test d’un connecteur Autocad.)
  • Et enfin cela correspond à une démarche Marketing (ne nous voilons pas la face) et une image de transparence. Cela favorise notre communication, facilite les échanges, intrigue…

Il manque sûrement des aspects de l’Open Source dans cet article, n’hésitez pas à les mentionner en commentaire, ou à demander des précisions sur notre vision de l’Open Source.

Quelques liens:

Yoann Maingon


 

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Fr) ACE 2010: Introduction de Peter Schroer, CEO d'Aras Corp

Posted on May 29, 2010

Voici l’enregistrement du discours d’introduction de Peter Schroer, CEO d’Aras corp, lors de l’Aras Community Event 2010 à chicago.

Quelques points importants que l’on retient de cette intervention:

  • l’importance pour la communauté autour d’aras (clients, partenaires, utilisateurs…) de se baser sur une solution développée et maintenue par une entreprise performante et profitable.
  • Aras a 61 partenaires (formés, certifiés, approuvés) + une douzaine en cours de validation
  • des installations dans 124 pays
  • 8 pack linguistiques connus
  • Aras a environ 50 employés avec le minimum de commerciaux, l’effort est surtout fait sur une démarche marketing de présentation du produit.
  • 250 ingénieurs formés sur la solution dans la communauté des partenaires
  • 700 installations /mois (environ 1500 téléchargements)
Installations Aras Innovator (chaque ligne = 100)

Installations Aras Innovator (chaque ligne = 100)

Retrouvez ci-dessous les slides de l’intervention de Peter Schroer:

Vous pouvez aussi les télécharger au format PDF: {title} ({hits})
Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Fr) ACE 2010 : MiTek, Aras Innovator Open User

Posted on May 27, 2010
Lors de la première journée de l’Aras Community Event, MiTek présentait les raisons de son choix d’utiliser Aras Innovator et les développements que cette société a apporté à leur instance Aras Innovator pour répondre à leurs besoins qui évoluent régulièrement compte tenu de leur importante croissance externe.

Présentation MiTek

Présentation MiTek

Le détail important de cette présentation est le fait que MiTek utilise Aras Innovator en tant qu’Open User, c’est à dire qu’ils ne sont pas souscripteurs d’Aras Corp. Ils font seulement partie de la communauté d’utilisateurs puisqu’inscrits sur le portail d’Aras. Ils sont très actifs sur le forum d’aras.com et ont ainsi reçu le prix “2010 Collaborate & Contribute award”.

Leur histoire liée au PLM a commencé par une période de recherche d’une solution pendant 3 ans sans trouver de solution répondant à tous leurs critères. Jusqu’à ce qu’ils trouvent Aras. Ils avouent qu’ils y ont jeté un oeil et ont rapidement abandonné pensant la solution trop complexe,avant de revenir sur cette solution plus tard en comprenant cette fois-ci la flexibilité de l’outil et donc la quantité de processus pouvant être géré par cet outil. Aujourd’hui ils gèrent les processus d’introduction de nouveaux produits, les retours clients, la gestion du référentiel ISO, la gestion des compétences du personnel et sont entrain d’implémenter un service de helpdesk ITIL.

Téléchargez la présentation au format pdf:{title} ({hits})
A la fin de leur présentation, ils ont annoncé que l’intégration du menu principal de type Outlook sera mise à disposition dans la section projets d’aras.com.

L’exemple de Mitek vient montrer la réelle ouverture et flexibilité d’Aras Innovator. Bien que Prodeos soit une entreprise qui vende du service pour l’intégration, le développement et le support de cette solution, nous encourageons les entreprises, avec une équipe informatique le permettant, à télécharger la solution et à se lancer dans le modelage progressif de leur propre solution PLM. Nous tenterons dans la mesure du possible de répondre à toutes vos questions sur notre forum et nous comptons sur une communauté grandissante d’utilisateurs pour échanger sur notre forum.

Yoann Maingon


 

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Une solution PLM pour gérer son référentiel ISO 9001

Posted on May 20, 2010

Dans mes expériences antérieures à Prodeos, en tant qu’ingénieur Process dans le monde de l’électronique ou comme consultant SAP dans l’automobile j’ai toujours eu un intêret très fort pour la démarche qualité ISO 9001 en parallèle à un intérêt pour les systèmes d’informations en général. L’intérêt venait à la base de l’évolution des solutions logicielles qui amélioraient l’automatisation de nombreuses tâches et de la qualité qui en mettant en place sa démarche et son référentiel, définit en quelque sorte le dossier de conception du système d’information. Ayant commencé par étudier l’ISO 9001 version 94, elle rentrait exactement dans cette capacité à définir entièrement le système de fonctionnement de l’entreprise. Le principe “On écrit ce que l’on fait (ou doit faire) et on fait ce que l’on écrit” permettait une réelle capitalisation des processus de l’entreprise, leur remise en question et leur documentation permettant de définir les bases du système d’information. La raison principale de l’abandon de cette méthode (à ma connaissance) était la lourdeur administrative de gestion du référentiel. Il ne suffisait pas en effet de prévoir une charge de travail pour réaliser chaque documentation d’un process, il fallait aussi prévoir la capacité à les faire évoluer. Plus le référentiel grossissait plus il fallait provisionner de charge de travail pour le maintenir. La version 2008 qui tend plus à vouloir s’assurer que l’on met bien les bonnes ressources dans les bons postes de l’entreprise, est devenue alors beaucoup plus souple en terme de documentation mais perd alors en capitalisation et dans le même temps ne correspond plus aussi bien à une spécification de système d’information. Ma réflexion aujourd’hui est donc de me demander si ce problème de lourdeur de gestion qui défavorisait la gestion version 94 ne pourrait pas être résolu aujourd’hui par des technologies informatiques qui ont nettement évolué: outils collaboratifs, Gestionnaire de contenu, moteurs de workflows, gestionnaire de version, etc…

Je ne suis pas qualiticien et je me demande donc quelle serait l’impact d’un retour à la version 94 dont la lourdeur administrative serait considérablement réduite compte tenu des nouveaux outils informatiques disponibles?

Cette reflexion est revenue récemment suite à une présentation réalisée lors de l’Aras Community Event la semaine dernière à Chicago. Cette présentation ci-dessous était menée par Don Stephen de Crucis Technology (partenaire Aras) et Maureen McAllister de McAllister Consulting. Ils présentent les capacités de gestion d’un référentiel ISO 9001 à l’aide de la solution Aras Innovator.

Le but était surtout de présenter le fait qu’une fois la solution PLM installée pour gérer vos informations produit, vous êtes en fait déjà en possession d’un outil vous permettant de gérer votre référentiel ISO et vos actions qualités. J’ai reproduit le diagramme marquant de la présentation où le PDCA est géré à travers les processus PR, ECR, ECN.

PDCA_Aras

PDCA avec les objets Aras Innovator

Vous pouvez télécharger la présentation au format pdf ci-dessous:

{title} ({hits})

Yoann Maingon


 

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Download Aras Innovator