in English: Simple PLM video to extend PLM awareness

Posted on August 16, 2010

Movie PLMThis is one of the article where i find the time to write it in both french and english. Our main issue in PLM is to get more people more actors, more developpers. And today when you see other software providers, and mainly working on google stuff or social tools, they make an animation video to easily explain a concept. So, at the beginning i wanted to try it. So for fun i started to make a stopmotion video in order to show what PLM is. And here is the result, it might be less dynamic than expected, but it’s the first one we make and that made us think about many other videos for which we expect the quality to become better every time.

C’est un des quelques articles pour lesquels je trouve le temps d’écrire en français et en anglais. Notre principale difficulté dans le PLM est d’amener plus d’acteurs dans ce domaine et plus de développeurs. Et aujourd’hui, quand on voit les autres éditeurs en vogue comme Google ou les éditeurs de réseaux sociaux, ils créent souvent des animations pour expliciter leurs concepts. Donc, j’ai voulu réaliser la même chose. Je me suis d’abord amusé à réaliser une vidéo en stopmotion pour présenter le PLM. Et voilà le résultat. C’est un peu mois dynamique qu’attendu, mais c’est la première d’une longue série j’espère. Pour des questions de voix, on a fait la vidéo en anglais mais on a rajouté un sous-titrage français.

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Le PLM, élargir la réflexion à tous les secteurs?

Posted on August 6, 2010

Social networkQuand on parle de PLM aujourd’hui dans l’industrie “mécanique”, on pense très rapidement aux trois grands éditeurs de solutions PLM (Dassault, PTC, Siemens) puis, ceux qui connaissent un peu plus le marché penseront aussi à Arena, Assetium (Audros), Lascom, Aras,… (n’hésitez pas à m’en citer d’autres avec des liens en commentaires). Cependant ce qui m’étonne toujours, et que j’ai déjà évoqué dans les premiers articles de ce blog, c’est le fait que dans d’autres domaines d’activités, quand on vous parlera de PLM, les personnes auront une bonne idée (propre à leur domaine certainement) de ce que cela représente mais par contre, ils auront une toute autre liste de fournisseurs de solutions logicielles.

Pour citer typiquement l’industrie de la mode, c’est un domaine qui, compte tenu des délais à minimiser entre les premiers croquis et la mise en rayon, a dû s’équiper technologiquement pour accélerer tous ses processus. Il suffit de rechercher “Fashion PLM” sur google pour s’apercervoir qu’on ne retrouve pas du tout les mêmes éditeurs en premiers résultats. On se rend compte en plus que dans ce domaine il y a beaucoup plus de solutions web, on-demand, proposées.

Enfin un autre domaine dans lequel la gestion de cycle de vie du produit doit être très précise, c’est l’édition de logiciels. Malheureusement ils lui ont donné un nom différent: ALM (Application Lifecycle Management). On a déjà parlé dans ce blog du type de lien qu’il pouvait y avoir entre ALM et PLM, mais la discussion était plus de prendre le meilleur de chaque solution entre PLM d’édition de logiciel (ALM) et le PLM “classique”, pour permettre d’offrir une solution plus polyvalente.

Ma conclusion, qui est en fait une question, est donc la suivante: tous ces logiciels (et j’oublie sûrement d’autres domaines qui ont des solutions logicielles spécifiques pour leur PLM) ont pour but de permettre une collaboration, gérer des processus d’entreprise, gérer de l’information, permettre la co-conception… Ils ont donc une probématique commune avec, sur une couche supérieure, des méthodes de gestion spécifique à chaque industrie, liées à la complexité des produits réalisés. N’y a t’il pas un besoin de travailler sur la science de la gestion du cycle de vie d’un produit et ce quelque soit le type de produit réalisé? Ceci permettrait t’il de rassembler plus de monde sur la problématique PLM, diluer un peu plus l’impact des plus grands éditeurs?

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

CAD/CAO – PDM/SGDT – PLM/???

Posted on July 13, 2010
Cet article fait suite à différents évènements dont le principal déclencheur est surement cette discussion à travers des commentaires sur blogs interposés que j’ai pu avoir avec Hervé Mengo à propos de la signification du PLM. Nous avons échangé quelques commentaires et donc passé quelques temps à vouloir affirmer la définition du PLM de chacun alors qu’on ne parlait pas de la même chose. On s’est rendu compte rapidement que même si nous n’avons pas forcément la même définition, nos deux explications n’étaient pas contradictoires (traitant d’éléments différents) et nous adhérons je pense à une même vision globale de ce qu’est le PLM, une sorte d’ingénierie de l’ingénierie pour reprendre ses termes.
Cette incompréhension dans des discussions sur le PLM n’est pas la première de ma jeune activité de consultant PLM et les demandes régulières qui me sont faites de définir le PLM me ramènent souvent à une même problèmatique: pourrait-on, pour se détacher d’un langage clairement commercial, dissocier différentes activités inclues dans le PLM et leur donner des accronymes francophones comme on a pu le faire pour CAD et PDM (respectivement CAO et SGDT).
Quand on parle PLM il y a deux écoles, ceux qui veulent vous vendre un logiciel et qui profitent du “buzz” sur ce terme (image google trends)(Prodeos ne peut échapper en partie à ce groupe), et ceux (dont j’ai l’impression que Prodeos fait réellement partie) qui vous le présente comme étant principalement une stratégie, une démarche de l’entreprise pour capitaliser les informations liées au cycle de vie du produit. Cependant les éditeurs qui vendent un logiciel sous la bannière PLM n’ont pas complètement tort compte tenu du fait qu’il est rapidement nécessaire d’avoir un outil informatique adéquat pour supporter la démarche mise en place. Le problème de cette dérive est que le sujet n’a pas été assez longtemps travaillé sur papier. Les solutions ont été vendues avant d’en définir les concepts clairs. Souvent par extensions de solutions existantes, le PLM n’a pas été pensé dans sa globalité en partant d’objets logiques de base.
Ainsi en anglais je pense qu’il faudrait dissocier:
– “PLM” qui représente le concept, l’ensemble des méthodes de gestion, les divers modèles de données
– “PLM enabling software” ou “PLMES” qui représenterait donc l’outil ou environnement informatique qui permettrait de réaliser cette gestion.
C’est exactement ce que l’on voit pour la gestion de configuration de type CMII. Toute cette gestion est définie sur papier. L’institut ICMHQ ne réalise pas de logiciel et ne vend ni représente aucun éditeur. Ils travaillent sur les concepts avancés de gestion de configuration. Ce n’est qu’à partir de leur “paper based system” qu’ils établissent une grille d’évaluation pour définir à quel point telle ou telle solution informatique permet de favoriser cette gestion.
Donc en français nous pourrions créer les accronymes équivalents permettant de bien identifier les différences de métier:
– la “GEIPE” : Gestion étendue de l’Information du Produit de l’entreprise
– un “SIGEIPE” : Système d’Information de Gestion de l’Information Etendue du Produit de l’Entreprise.
Alors bien sûr ce ne sont pas des accronymes à 3 lettres et vous les aurez surement oublié le lendemain de la lecture de cet article. Le but n’est d’ailleurs pas de créer ici de nouveaux termes qui feront leur Buzz mais simplement d’interpeller toutes les personnes qui conversent sur le sujet du PLM pour leur permettre de faire la distinction entre les concepts (Back to Basics) et la technologie qui en permet l’application.
N’hésitez pas à proposer vos accronymes ou à débattre sur le sujet…

PLMESCet article fait suite à différents évènements dont le principal déclencheur est sûrement cette discussion à travers des commentaires sur blogs interposés que j’ai pu avoir avec Hervé Menga à propos de la signification du PLM. Nous avons échangé quelques commentaires et donc passé quelques temps à vouloir affirmer la définition du PLM de chacun alors qu’on ne parlait pas de la même chose. On s’est rendu compte rapidement que même si nous n’avons pas forcément la même définition, nos deux explications n’étaient pas contradictoires (traitant d’éléments différents) et nous adhérons je pense à une même vision globale de ce qu’est le PLM, une sorte d’ingénierie de l’ingénierie pour reprendre ses termes.

Cette incompréhension dans des discussions sur le PLM n’est pas la première de ma jeune activité de consultant PLM et les demandes régulières qui me sont faites de définir le PLM me ramènent souvent à une même problèmatique: pourrait-on, pour se détacher d’un langage clairement commercial, dissocier différentes activités inclues dans le PLM et leur donner des accronymes francophones comme on a pu le faire pour CAD et PDM (respectivement CAO et SGDT).

plmpdm

plm vs pdm

Quand on parle PLM il y a deux écoles, ceux qui veulent vous vendre un logiciel en profitant du “buzz” sur ce terme (voir image google trends ci-contre)(Prodeos ne peut échapper en partie à ce groupe), et ceux (dont j’ai l’impression que Prodeos fait aussi partie) qui vous le présentent comme étant principalement une stratégie, une démarche de l’entreprise pour capitaliser les informations liées au cycle de vie du produit. Cependant les éditeurs qui vendent un logiciel sous la bannière PLM n’ont pas complètement tort compte tenu du fait qu’il est rapidement nécessaire d’avoir un outil informatique adéquat pour supporter la démarche mise en place. Le problème de cette dérive est que le sujet n’a pas été assez longtemps travaillé sur papier. Les solutions ont été vendues avant d’en définir les concepts clairs. Souvent par extensions de solutions existantes, le PLM n’a pas été pensé dans sa globalité en partant d’objets logiques de base.

Ainsi en anglais je pense qu’il faudrait dissocier:

– “PLM” qui représente le concept, l’ensemble des méthodes de gestion, les divers modèles de données

– “PLM enabling software” ou “PLMES” qui représenterait donc l’outil ou environnement informatique qui permettrait de réaliser cette gestion.

C’est exactement ce que l’on voit pour la gestion de configuration de type CMII. Toute cette gestion est définie sur papier. L’institut ICMHQ ne réalise pas de logiciel et ne vend ni représente aucun éditeur. Ils travaillent sur les concepts avancés de gestion de configuration. Ce n’est qu’à partir de leur “paper based system” qu’ils établissent une grille d’évaluation pour définir à quel point telle ou telle solution informatique permet de favoriser cette gestion.

Donc en français nous pourrions créer les accronymes équivalents permettant de bien identifier les différences de métiers:

– la “GEIPE” : Gestion étendue de l’Information du Produit de l’entreprise

– un “SIGEIPE” : Système d’Information de Gestion de l’Information Etendue du Produit de l’Entreprise.

Alors bien sûr ce ne sont pas des accronymes à 3 lettres et vous les aurez sûrement oubliés le lendemain de la lecture de cet article. Le but n’est d’ailleurs pas de créer ici de nouveaux termes qui feront leur Buzz mais simplement d’interpeller toutes les personnes qui conversent sur le sujet du PLM pour leur permettre de faire la distinction entre les concepts (Back to Basics) et la technologie qui en permet l’application.

N’hésitez pas à proposer vos accronymes ou à débattre sur le sujet…

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Les 5 articles les plus lus sur Prodeos.fr au mois de Juin

Posted on July 2, 2010

1278056415_bookmark-new-listVoici les 5 articles les plus lus sur ce blog au cours du mois de Juin (les articles, eux, ne sont pas forcément du mois de juin):

  1. Aras Innovator : installer une solution PLM gratuitement
  2. Réflexion sur l’Open Source par un non-informaticien
  3. (Preview Vidéo) Intégration Autocad – PLM Open Source Aras Innovator
  4. (Vidéo) Les standards au coeur de la gestion collaborative du cycle de vie d’items.
  5. Concepts PLM: quelques briques technologiques au service des données de vos produits


 

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Ouvrage) Product Lifecycle Management

Posted on June 24, 2010

Ouvrage Product Lifecycle ManagementCi-dessous nous présentons un ouvrage de référence sur le thème du PLM. Il reste pour nous une source régulière d’informations et de reflexions sur la gestion de cycle de vie du produit. Il couvre différentes industries d’application d’une telle stratégie et présente aussi les différentes phases et différents acteurs d’un projet d’implémentation d’une solution logicielle PLM. Malheureusement cela reste encore un livre qui n’est disponible qu’en Anglais mais on s’efforce à travers ce blog et à travers notre site institutionnel (http://www.prodeos.com) de citer des éléments de cet ouvrage et d’en ressortir une analyse des concepts PLM en français.

L’intégration de Google Livres nous permet donc de vous en présenter les premières pages.

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Download Aras Innovator