(Fr) PLMLab – Back to Basics 5 – Compte Rendu

Posted on November 28, 2011

plmlabJeudi dernier, le 24 novembre, se tenait la 5ème édition des conférences “Back to Basics” organisées par l’association PLMLab. Le thème de la conférence portait sur les relations PLM/ERP. C’était aussi l’occasion pour l’association et son bureau de clôturer sa première année d’exercice avec un bilan plus qu’honorable. Encore une fois la conférence a été une belle réussite avec des intervenants de qualité et comme on le souligne régulièrement que ce soit dans le cadre des conférences ou des webmeetings de l’association, une liberté de ton permettant à chacun de s’exprimer. Et la focalisation très claire sur les concepts, les méthodes et les processus métiers de gestion plutôt que sur des solutions logicielles permet à chacun d’appuyer son discours à travers un vécu industriel.

Le récit de la journée

Encore une fois (honte à moi) je n’ai pas pu assister à l’introduction de la journée étant arrivé avec un peu de retard (l’annonce d’un autre lieu pour tenir les conférences ne me laissera plus d’excuses). J’ai donc pu assister à la première présentation tenue par Marc Hittinger de la société SNECMA qui est venu apporter son expérience de gestion de données du produit tout au long de la conception d’un réacteur avec les différentes interactions entre PLM et ERP et en précisant aussi la prise en compte de toutes les opérations de maintenance. Le rebouclage de l’information tout au long du cycle de vie du réacteur et la communication de conseils de maintenance aux clients utilisateurs suite à l’étude des données de télémétrie relevées en vol représentent le besoin d’avoir une vue réellement globale de cette gestion de cycle de vie du produit.

Marc Hittinger SNECMA PLMLAB Back to Basics 5

snecma

Ensuite Jean-Jacques Urban-Galindo (JJUG) présentait le cas de PSA à travers son expérience au sein du projet Ingenum. JJUG nous présentait les différents types de données traitées à travers les outils PLM et ERP en révélant toute la complexité d’une gestion de variantes dans le domaine automobile autant au niveau du produit qu’au niveau de l’environnement dans lequel il est réalisé (usine, …).

JJUG

Cette présentation de JJUG va encore une fois être à l’origine d’un prochain article que je suis en train d’écrire sur le pourquoi de la gestion de nomenclature livrée à date. Encore de vives et chaleureuses discussions en perspectives lors de nos prochaines réunions!

Après une courte pause c’est Denis Debaecker, de Vinci Consulting qui venait présenter la spécificité de l’utilisation de PLM et d’ERP dans l’industrie du “design to order”. Dans ce contexte deux données d’entrée viennent fortement remettre en question la vision classique du PLM et de l’ERP. Le “design to order” porte généralement sur des équipements dont on ne maîtrise pas forcément le processus de conception dans son intégralité. Ensuite, l’absence d’une production en série modifie considérablement les relations PLM/ERP. Il était donc très intéressant de suivre cette présentation qui rappelait que le PLMLab a pour but d’étudier les concepts de la gestion du cycle de vie du produit d’une manière générale permettant ainsi de s’intéresser à différents types d’industries tout en se posant les mêmes questions de base.

Denis Debaecker

Denis Debaecker

Après la pause déjeuner, les 3 intervenants de la matinée revenaient pour une table ronde avec certaines questions directrices proposées par Denis Debaecker, permettant de préciser certains points des présentations en re-focalisant l’intérêt sur le thème de la journée, les relations PLM et ERP.

table Ronde plmlab

A la suite de cette table ronde, les discussions et présentations sur le thème de la journée étaient clôturées pour laisser place à l’assemblée générale de l’association PLMLab un tout petit peu plus d’un an après la création de la structure. Cette assemblée a permis de valider la gestion de l’association aussi bien dans son but premier qui est de travailler sur la clarification des concepts traités par le large processus global de gestion du cycle de vie du produit, que sur sa gestion financière pour laquelle JJUG réalise une prestation impeccable.

Assemblée Générale Ordinaire PLMLAB 2011

Comme on le voit sur la photo ci-dessus, la fin de l’assemblée générale était consacrée à l’organisation des prochains évènements, BacktoBasics 6 et le prochain Guide. Ce qui a encore permis de lancer de vives discussions dans l’assemblée. Les grands gagnants seront donc :

  • Back to Basics 6: Chaîne Numérique, Mythe ou réalité?
  • Guide n°3: Les nomenclatures

Ma brève analyse

je ne vais pas être long sur cette analyse, ayant en plus de ce rapport de blogueur, la tâche de rédiger le PV d’assemblée en tant que secrétaire de l’association.

Le thème des échanges PLM/ERP était un sujet à la fois intéressant par le côté “vécu” qu’il peut permettre de faire ressortir lors des présentations et en même temps c’est un sujet dangereux puisque depuis la prise en compte de la gestion étendue par le PLM de données du produit, PLM et ERP se marchent un peu sur les pieds. Ainsi, si l’on était revenu aux vraies causes de limites entre ces deux domaines, il aurait fallu beaucoup plus d’une journée et surtout je crains que la discussion n’ai manqué de compétences techniques en termes de logiciel (non pas qu’elles soient inexistantes). Et la réussite de ce back to basics avec un tel sujet est passée je pense par l’ensemble des présentations qui proposaient plus des expériences plutôt que des discussions conceptuelles techniques.

Sur cette question de limite PLM/ERP, j’avais déjà publié ma position qui reste intacte. Je pense que lorsque l’on parle ERP et PLM, il faut reprendre le sens des mots. Il y a une gestion de ressources d’un côté avec clairement un but de contrôle financier d’une activité. Et de l’autre coté il y a une gestion du cycle de vie d’un produit que l’on concentre implicitement sur une gestion de l’information liée au produit. Historiquement les bases technologiques sont très différentes. Ainsi dans toutes les activités de l’entreprise il y aura des flux financiers à prendre en compte (assemblage, temps homme, investissements,…) et il y aura des informations qui toucheront de près ou de loin le produit. Il y a bien deux concepts mais seul un environnement informatique (pouvant être géré à travers une multitude de logiciels) doit exister… Vive le MDM !

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Eng) you can’t calculate ROI, just focus on visible cost cuts

Posted on November 17, 2011

PLM ROIYesterday I wrote some reactions (some will qualify them excessive) on twitter about Oleg’s blog article on ROI calculation. Since I’ve started working on PLM this question comes up very often between consultant and specialist discussions but I’ve never had such discussion with customers. It looks more like an extra argument to give to leads when they’re not convinced of the benefits of a PLM Solution. So I wanted to give my explanation of why you shouldn’t spend much time on calculating a solution’s ROI and if you really want to demonstrate an ROI, you have to agree that multiple small projects will definitely help you.

Don’t waste too much time on ROI it just has to make sense

What is the aim of calculating the ROI? is it to understand if you need to implement a PLM solution or not? is it to compare two different solutions? Well, let’s start with the second potential reason. It makes no sense to spend so much time calculating the ROI of a PLM implementation when all the solution should do almost the same thing. They are all said to be flexible in order to implement the requested datamodel, so what really matters is their cost over time and their ability to adapt to, not only your changes, but also the technology changes that are happening in the IT world. Back at the first potential reason about whether or not the ROI should justify the implementation of a PLM solution, if this is really a decision point, it just means you’re not ready for it. Whatever the size of your project and how you split it by departments or teams, it has to make sense for you. Then, you can state if the software is expensive or not. The cost of the software shouldn’t be compared to what it makes you earn.

Focus on visible cost cuts keep the rest as a potential bonus

If you really need to present some figures to the decision maker, come first with real and solid informations about clear cost that you are going to cut if there are any. Easiest way to do that is to split the implementation into small projects. For example we are actually implementing a change management handling with Aras Innovator at a customer site and there we can valuate the cost of PR, ECR and ECN management by measuring the time it takes to manage these processes before PLM implementation and then compare how much time, solution providers tell you you can save.

So my best advice (if I may have enough credit to give any advice) is to split your implementation into small projects, estimate real cost cuts, don’t sum them, it makes no sense. This should be mostly an prioritizing information. And above any other advice don’t be convinced by ROI, be convinced by the PLM concepts and by the technology.

Follow me on twitter !

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Fr) Aras Innovator – Ms Office : Modèles de documents

Posted on November 16, 2011

Nous sommes actuellement en train de publier la toute nouvelle version de notre connecteur Microsoft Office avec la solution PLM Aras Innovator. Cette intégration permet de gérer depuis chaque application Office (Powerpoint, Excel, Word), le statut des documents (réservé, libéré), et les informations concernant le fichier et le document. En effet, nous assurons la gestion du découpage standard d’un modèle de données PLM dans lequel les objets “fichier” et “document” sont dissociés. Une des nouvelles fonctionnalités principales est la reproduction de champs descriptifs de l’item document dans le fichier. Ainsi vous allez pouvoir récupérer toutes les informations liées à l’item document (creator, author, revision, generation, description,…) pour les intégrer aux documents et les conserver toujours à jour. Cette liste de propriétés est totalement flexible et sera complétée par toute nouvelle propriété que vous pourrez créer dans Aras Innovator. Voila donc une courte vidéo de présentation de cette intégration, nous présentons ici simplement l’appel à un modèle de document directement depuis word.

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Fr) Fonctionnalités Aras Innovator : Cost Roll-up

Posted on November 14, 2011

Warning: preg_replace() [function.preg-replace]: Unknown modifier 'p' in /var/www/minerva-plm.com/public_html/wp-content/plugins/subscribe2/classes/class-s2-frontend.php on line 225

(Fr) Back to Basics 5 : Flux de définition et flux de production

Posted on November 7, 2011

Warning: preg_replace() [function.preg-replace]: Unknown modifier 'p' in /var/www/minerva-plm.com/public_html/wp-content/plugins/subscribe2/classes/class-s2-frontend.php on line 225

(Eng) Poll Result: Part and related information Change Impact

Posted on November 4, 2011

commentsA few month ago, after the last “Back to Basics” conference in Paris, organised by the PLMLab association, I wrote an article about my thought on the change impact on revision numbering. This article is written in french so you may want to read the english version, translated by google, to get my point. But if the translation is not good enough or if you simply don’t have time to read the all article here is what it was about.

During this conference, there were some discussions about when we should increment a revision and if a revision increment has to climb all the way to the top of the BOM and I strongly disagreed on the possibility to not propagate some changes in the whole structure. So, for those who worked in a PDM environnement you may have worked on defining what was the interchangeability of a part in a BOM. And as most of the users of the PDM were in the same environnement (for example R&D department) the interchangeability was defined has true or false for everybody. But now with PLM, you need to think about the fact that your implementation is much larger. So chances of complete inter-changeability becomes very very small because you’ll have differences in purchasing informations, cost, etc… which could have an important impact for some people who were not included in a former PDM implementation.

From these statements I proposed the following illustration showing that any change will always have an impact on a product version but visibility will be different depending of your interest.

That’s why I’ve started a poll with the following question: “Should a part modification impact revisions all the way to the top of the BOM ?” There were 50 answers with two thirds answering no. I wonder if after these explanation people would change their answer? Were they answering thinking of a PDM environment limited to R&D or because of other good reason that I’d love them to share?

Poll Result Bom Revision Impact

Thanks for all the answers I’ll try to launch some more interesting polls to create such analysis after.

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Fr) Express DCO : Gestion des modifications de documents

Posted on November 3, 2011

ExpressDCOJ’ai présenté récemment la gestion d’Express ECO (Engineering Change Order) qui a été rajoutée depuis la version 9.3 d’Aras Innovator et qui permet de gérer des modifications de structures d’articles et de produits avec toute la logique de gestion d’impact et de gestion de signatures par workflow que cela comporte. Cependant toute cette gestion de modification est centrée sur l’article et ne prend pas en compte les impacts que cela peut avoir sur la documentation. De même une modification d’un document ne pourra pas être ajoutée à un Express ECO compte tenu de la matrice d’impact qui n’analyse que des relations de “part” à “part”. C’est pour cela qu’Aras a ajouté à cette gestion d’ “Express Change” adaptée à des structures réduites ou pour une première approche de la gestion des modifications, une gestion des modifications des documentations. Cela s’appelle donc “Express Document Change Order” et Elodie récemment arrivée dans notre équipe vous présente son fonctionnement dans la vidéo suivante.

Cette fonctionnalité n’est pas un module à installer. C’est une fonctionnalité de base de la solution PLM Aras Innovator que vous pouvez télécharger ici.

Pour suivre Elodie sur twitter : http://twitter.com/DesachyElodie

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

(Fr) Les 5 articles les plus lus sur Prodeos.fr au mois d’octobre

Posted on November 2, 2011

Warning: preg_replace() [function.preg-replace]: Unknown modifier 'p' in /var/www/minerva-plm.com/public_html/wp-content/plugins/subscribe2/classes/class-s2-frontend.php on line 225

Download Aras Innovator