(Fr) Les joies de la codification !

Posted on October 3, 2011

CodificationAu travers des différentes formations que l’on a réalisées ces derniers temps mais aussi dans le cadre de nos récents déploiements, nous arrivons toujours à un moment ou un autre à la question de la codification. Codification d’articles, de documents, et autres items gérés dans l’entreprise, tant de règles qu’il nous faut analyser pour en valoriser l’existence et l’utilisation. Les questions que l’on pose à chaque fois dans ce type d’analyse sont: A quoi sert telle ou telle codification? Est-ce que vous communiquez cette information? Quelle serait l’utilité de cette codification dans un système qui ne nécessite pas de code pour retrouver ses éléments? Et enfin êtes-vous prêts à abandonner votre codification? Bien que cette question soit importante, il est aussi crucial de ne pas passer trop de temps dessus. Alors voici quelques éléments de réflexion.

Pourquoi aviez-vous une codification?

La question est déjà au passé car il y a 99% de chance que l’on remette en question cette codification. Cela ne veut pas dire que l’on s’en débarrasse, mais toute la logique  de cette codification doit être analysée pour voir comment elle est prise en charge, si nécessaire, de manière intelligente par un système d’information.

Codification intelligente

Une codification intelligente est une codification qui va avoir du sens par rapport à l’identité de l’article désigné, elle contient des éléments de description de l’article. Pour comparaison la codification non-intelligente est celle qui en général va comprendre un préfixe (ex: DOC pour document) et un numéro incrémenté. Cette codification intelligente peut donc être une façon simplifiée d’avoir en une valeur une représentation rapide de l’article lié.

codification intelligente

exemple de l'ouvrage "CMII for Business Process Infrastructure"

On peut trouver des exemples sur diverses fiches techniques de fournisseur

partnumbering

Spécifications de condensateurs Murata

La codification intelligente est une chose, faut-il encore qu’elle ait un intérêt. Comme on le voit sur la deuxième copie d’écran l’identification permet à un utilisateur de lire sur quelques caractères toutes les caractéristiques de l’article désigné. Donc une première raison de conserver une codification en place est si elle est déjà un élément référent pour vos clients. En interne cela doit avoir un but de simplicité de lecture. Par exemple, en production il peut-être plus simple pour une personne d’identifier un article, comme un client extérieur, sans avoir à regarder différentes colonnes ou différents champs d’un formulaire.

Au niveau logiciel, il faut comprendre que de toute façon, une solution PLM va avoir son propre système d’identifiant unique pour chaque objet. La codification n’a plus un rôle d’identifiant technique dans un système d’information, elle n’a pour but que de faciliter la lecture d’éléments de description d’un article. Elle ne doit pas contenir des éléments évolutifs qui n’auraient pas pour conséquence la création d’une nouvelle référence. Ainsi cette codification ne doit pas contenir de référence à une location physique de fichiers (liste de répertoires), ni de référence aux éléments de gestion de type management (initiales d’une personne responsable). La question que l’on doit se poser est: si je change tel élément qui est traduit dans ma codification, ai-je un nouveau produit? Si la réponse est non, cet élément doit être retiré. Cette question est simple pour les caractéristiques d’emplacement et de management vu précédemment. Elle devient plus compliquée lorsque l’on modifie par exemple la longueur d’une vis. Est-ce que je vends des vis, et cette nouvelle longueur s’ajoute à mon catalogue, c’est donc une nouvelle référence. Ou est-ce que je suis sur un projet de construction d’une machine sur mesure, et le changement de longueur de cette vis sur mesure n’est qu’une nouvelle version?

Et la version?

Bien entendu lorsqu’on livre un article ou que l’on en consomme un en interne pour la réalisation d’un assemblage, nous l’identifions par une référence qui contient des éléments de version. Cependant, nous n’incluons pas cette gestion de version dans la réflexion sur la codification. On définit donc que l’on identifie un article pas son code article et sa (ou ses) révision(s). Dans un modèle de données standard de type “Master”->”Instances”->”Vues”, la codification permet de caractériser le “Master” alors que la gestion de version vient en désigner les instances. J’écrirais prochainement un autre article sur la gestion des versions. D’ici là, je suis preneur de toutes remarques sur cette gestion des codifications!

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Download Aras Innovator