Pour que le PLM profite aux PME

Posted on November 5, 2010

croissancePMEJ’ai voulu participer hier à un webinar organisé par le magazine Cadalyst sur le thème: “Why Hasn’t PLM Taken Over the World?”. Malheureusement les américains ne passeront à l’heure d’hiver que ce week-end, je l’ai donc manqué. Cependant, ce matin l’intégralité de la session a été diffusée sur le site dédié à cette série de webinar: http://www.cadalystedge.com/. Le titre de cette session est très bien trouvé car c’est une question que, je pense, ne se posent pas assez les grands éditeurs. Demandez leur qu’en est-il du marché du PLM et ils vous diront que c’est un marché mature. C’est justement parce que cela est faux que Prodeos a été lancé. Il suffit d’aller dans les PME et de constater le manque d’outils informatiques pour la gestion de l’innovation, la gestion des données techniques, etc, pour voir qu’il y a un potentiel d’équipement énorme sur la problématique du PLM.

Un problème technologique

Et le problème ne concerne pas que le PLM, il concerne toute l’industrie du logiciel. Les outils de réalisation de logiciels se sont améliorés permettant aux éditeurs d’accélérer leurs développements et d’intégrer plus rapidement leurs solutions. Ils permettent donc de réaliser des logiciels soit répondant à un besoin global et étant ainsi destiné à la vente pour plusieurs entreprises. Soit il répond à un besoin spécifique d’une entreprise qui devra alors supporter l’intégralité des coûts de développement. Dans ce second cas on ne peut clairement intégrer que les grands groupes. Une PME ne peut investir dans une solution spécifique et supporter le coût d’un tel développement. Dans un domaine tel que le PLM les besoins sont encore tellement dispersés que les logiciels qui doivent supporter cette stratégie nécessitent une grande flexibilité non seulement lors du développement mais aussi dans le temps pour suivre l’évolution des processus PLM de l’entreprise. Et c’est ce point qui fait encore défaut aujourd’hui. Il faut offrir une grande flexibilité dont l’interface soit gérable par un non-informaticien, un responsable métier qui connaisse les besoins PLM de son entreprise.

Un marché étouffé

On revient ici sur le problème du nom. Quand on dit PLM, on pense aux grand éditeurs. Et ils occupent clairement le sujet que ce soit par le marketing ou par la force commerciale qu’ils possèdent à travers leurs VAR (Value Added Resseller). Le problème est qu’on en fait quelque chose d’énorme. Quelque chose que l’on pense souvent dépendant de la CAO. Alors que le problème est d’ordre technologique sur les problématiques de gestion de données, évolution des modèles de données dans le temps, interaction avec des workflows et cycle de vie, gestion des droits et permissions dans le temps, etc… Ce sont des éléments qui posent encore d’importants problèmes et qui pour le PLM sont cruciaux. Il faut ouvrir les notions du PLM et les vrais problématiques à un plus grand nombre de compétences logicielles pour permettre l’émergence de nouvelles solutions.

La problématique du service

Le PLM est aujourd’hui basé en grande partie sur une offre de service plus que sur une offre logicielle et c’est un autre facteur qui fait que les PME ne peuvent pas simplement s’équiper. Et soyons honnêtes, si le PLM demande autant de service c’est que le logiciel à la base n’est pas (assez) bon. Pourtant des éditeurs ont tenté l’aventure en proposant des solutions simplifiées pour les PME. Le problème est que ces PME n’ont pas forcément des process plus simples et encore moins uniformes que les grands groupes.

Un manque de standards

Je l’ai dit un peu plus haut, les besoins des PME sur le sujet du PLM sont encore trop dispersés. La raison de cette dispersion est en partie due aux différences qui existent entre certaines industries mais aussi au fait que le PLM ne soit pas compris de la même façon parcequ’il y a peu de “bonnes pratiques” communiquées, et les standards restent peu abordables et quasi non-utilisés. La simplification de standards et leur meilleure communication permettrait à des éditeurs de s’appuyer dessus pour réaliser des solutions sur des bases fonctionnelles validées.

Conclusion

J’avais sûrement déjà abordé ces points à travers différents articles, mais la raison pour laquelle je poursuis la discussion est surtout due aux échanges qui se multiplient autour des problématiques PLM et des technologies qui permettent d’en supporter les processus de gestion. Les discussions sur le PLM deviennent de plus en plus nombreuses mais le coût de telles solutions reste peu abordable pour des entreprises de taille limitée. Mon but est de travailler pour apporter cette technologie ou au moins convaincre des personnes qu’il y a un réel besoin et un réel marché à fournir.

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Download Aras Innovator