le PLM c'est un peu comme l'Europe

Posted on August 25, 2010

PLMisEuropeFlagEn échangeant récemment avec Tom Gill à propos du PLM, je me rendais compte que dans la pluspart des discussions sur le PLM il y a toujours un surnombre de consultants PLM par rapport à de réels fonctionnels d’entreprises consommatrices de telles stratégies. La difficulté est souvent qu’en dessous d’une certaine taille d’entreprise il n’y a pas de Mr/Mme/Mlle PLM. Par contre il y a plusieurs responsables de département qui ensemble représentent le PLM.

Donc j’en suis arrivé à un moment à faire une comparaison entre le PLM et l’Europe sur quelques traits:

Il n’y a pas de monsieur PLM dans l’entreprise il y a des responsables de départements qui connaissent mieux leur besoin en PLM que leur direction elle-même.

On se rappelle les lamentations de l’américain Henry Kissinger “When I want to call Europe, I cannot find a phone number!”. En dessous d’une certaine taille d’entreprise, il n’y a pas de responsable PLM. Il y a des responsables pour chaque département qui va avoir besoin d’interagir avec l’outil et qui va savoir comment le PLM doit être intégré pour son besoin. Et il y a en général un DSI qui maîtrise en général moins les besoins métiers précis. J’ai suivi récemment une discussion dans le groupe linked-in “Reinvent-IT” dans laquelle des DSI critiquaient le fait que les fournisseurs de solutions les évitaient pour accéder directement aux utilisateurs ou aux Directeurs. Le problème avec le PLM c’est que le besoin est souvent ressenti par les utilisateurs sans être simplement défini à leur DSI. Et contrairement à des solutions plus spécialisées il me semble difficile de faire sans le DSI. J’avais donc alors proposé dans la discussion que le PLM peut-être une démarche pour remettre en valeur leur position dans l’entreprise.

Le PLM c’est faire travailler ensemble des éléments qui parlent des langues différentes

Sur ce point, en Europe on le présente clairement comme une fierté d’avoir nos spécificités régionales, nos identités, etc… Le problème (fonctionnel et économique, mais pas culturel) c’est que toute publication officielle doit se faire dans chaque langue officielle présente en Europe. En découle des délais et des coûts exceptionnels. Une des problématiques dans le PLM c’est justement ce besoin de faire travailler ensemble des domaines qui utilisent des logiciels créés avec des modèles de données différents et souvent avec peu de transparence et peu accessibles. D’où la nécessité de passerelles ou encore plus simplement l’utilisation de standards.

“Pourquoi appliquer une stratégie PLM, on a très bien vécu sans”

C’est une question qui peut très bien être mise en avant et qui est légitime comme elle l’est pour l’Europe. Le besoin de l’Europe est de se positionner comme un bloc au niveau d’autres grandes puissances. Le PLM, dans l’évolution de la vie de l’entreprise, a le même intérêt: supporter et améliorer l’innovation de l’entreprise qui aujourd’hui plus que jamais est un des principaux facteurs de compétitivité des entreprises.

Retrouvez la vidéo sur le défaut de cablage de l’A380: http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/EADS-autopsie-d-une-crise-europeenne-/2914364.html

En espérant que cet article ne subisse aucune analyse politique, il représente juste une courte liste de similitudes entre deux défis complexes.

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Download Aras Innovator