le PLM pour meilleur ami du contrôleur de gestion?

Posted on August 23, 2010

PLMforProductCosting
J’ai été amené récemment à envoyer un nouveau commentaire sur un des articles du blog d’Oleg (Beyond PLM) qui traitait de l’utilisation de fonctionnalités de types “Réseaux sociaux” et “web 2.0” pour favoriser la prise en main par les utilisateurs d’une telle solution. Dans mon commentaire je l’interpellais sur le fait qu’il avait réalisé un certain nombre d’articles sur le parallèle entre réseaux sociaux et PLM, et je pense qu’il y a certaines données économiques pour l’entreprise qui font qu’il est difficile de faire un lien entre ces deux mondes sur la question de l’adoption de tels outils par les utilisateurs. J’en suis donc arrivé à lui demander de faire plus souvent le lien avec des ERP pour avoir des solutions avec des budgets comparables. Et une des choses que les ERP font de bien, c’est la remontée de toutes les activités de l’entreprise dans le module de comptabilité pour gagner un temps précieux pour la réalisation de comptes de résultats, bilans et de leurs analyses.

Le contrôle de gestion

Une des données importantes qui doit être tirée de ces analyses, c’est l’étude de la profitabilité, selon les découpages nécessaires(cente de profit, produit,…). Et pour cela il vous faut faire correspondre toutes vos ressources (différentes charges, matières,…) avec vos produits (ventes). Alors vous allez me dire qu’en effet lister les charges et les produits c’est de la simple comptabilité. Mais ici on parle d’études découpées par produits. Pour prendre un exemple, il va falloir être capable de répartir sur vos différents produits le coût de la facture d’électricité de vos installations. Encore une fois, on ne voit pas forcément ce que vient faire le PLM dans cette histoire sachant que l’ERP favorise déjà largement la tâche du contrôleur de gestion à travers la capacité à fixer des clés de répartition pour chacun de ces coûts mutualisés.

Tirer l’avantage d’une stratégie centrée sur le produit

La complexité arrive quand on parle de gestion de projet et de R&D. Surtout compte tenu des projets transversaux qui font de plus en plus partie des organisations d’entreprises. La solution est malgré tout gérée en général à travers des feuilles de temps pour lequel un responsable remontera au contrôle de gestion l’affectation de chacune de ses ressources.  Pour faire maintenant le lien avec le PLM, cette stratégie a pour principal caractère de se centrer sur le produit. On devrait donc à travers les outils qui supportent cette stratégie être capable de lire dans tout le cycle  de vie d’un produit: ses ventes (produits) et les ressources qui lui sont attribuées (module de gestion de projet).

Je n’ai pas encore une vision claire de comment les processus PLM peuvent apporter une valeur ajoutée par rapport à la gestion actuelle réalisée à travers l’ERP. Mais il est certain qu’à partir du moment où l’on intègre une gestion de projet liée à des produits et avec une valorisation de l’utilisation des ressources, on peut sûrement faciliter l’analyse de profitabilité de chacun de ces produits.

ERP – PLM

Au risque de réveiller les querelles ERP-PLM. Pour moi il n’y a pas forcément de frontière. Chacun est composé d’éléments qui parfois se retrouvent dans l’ERP et le PLM. Le PLM est, on le rappelle, un concept de gestion tourné sur le produit et non un logiciel. Je réaffirme ci-dessous ma vision de l’interaction entre ERP et PLM dans l’environnement informatique d’une entreprise. (ERP pour le bilan financier et PLM pour le bilan intellectuel)

ERP_PLM

Vous pouvez retrouver ce schéma sur la page PLM de notre site institutionnel.

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

  • En théorie, je suis d\’accord avec vous. Dans la pratique, pour pouvoir entrer dans ce détail de profitabilité des activités d\’un produit, il faut au minimum faire une table de correspondance entre les produits décrits dans le PDM et les activités dans la gestion de projet, voir avoir le même niveau de granularité. Et ceci est très difficile à faire. Par exemple, des chef de projet vont parler d\’un produit donné, qui regroupe en fait un certain nombre de variantes. Le produit du chef de projet n\’existe pas dans le PLM, qui contient une version organique fine des produits. De même pour les acheteurs. De plus, le niveau de granularité est variable dans le temps, en avant projet, on va parler d\’un produit générique, qui va se raffiner jusqu\’à décrire la liste des produits effectivement vendus.
    Pour avoir tenté de faire ce genre de correspondance, c\’est très difficile à faire et à maintenir, à standardiser, et en plus, il faut que la valeur ajoutée soit au rendez vous, ce qui n\’est pas garanti. En effet les controlleurs de gestion ont leur propre structuration, qui est souvent bien loin de celle du produit.

    Ce qui me parait en revanche envisageable serait de lier les données temporelles à la structuration du produit dans le PLM, c\’est à dire la gestion des jalons du projet. Ca serait déjà pas si mal. Personellement, je ne l\’ai pas encore vu.

  • Bonjour François et merci pour votre commentaire,
    En effet, la complexité d’une telle étude dépasse les problématiques encore basiques non traitées du PLM et je pense que les contrôleurs de projets ont déjà beaucoup à faire avec l’étude de leurs différents centres de profit dans leur ERP (j’ai été consultant SAP-CO chez Accenture pour Valeo). Mais je pense que le concept d’avoir un système d’information centré sur le produit devrait un jour où l’autre permettre d’intégrer plus de données pour le contrôle de gestion.
    Par contre pour la liaison de données temporelles à la structure du produit dont vous parlez, ce serait par exemple, avoir chaque tâche ou chaque jalon lié à un ou plusieurs articles d’une nomenclature?
    Ce qui donnerait une nomenclature avec une valorisation par branches.
    Si c’est cela, j’essaierai de trouver le temps pour faire un vidéo d’une telle intégration réalisable avec Aras Innovator.Il suffirait de modifier légèrement le modèle de données en rajoutant un item de relation entre une activité de projet et un item de type “Part”.

Download Aras Innovator