Google Wave est “enfin” abandonné

Posted on August 9, 2010

GoogleWaveOverOn me connait pour être un grand amateur de toutes les technologies et les différents “labs” mis en ligne par google. Les développements techniques qu’ils réalisent, et l’ouverture de leurs solutions permettent à de nombreux développeurs de créer des applications riches, déployables facilement sur le cloud google et intégré à google apps (Gmail, Calendar, Google site, google Doc). Cependant, je n’ai jamais été fan du projet Google Wave. Ci-dessous vous pouvez voir les deux premières vidéos que j’avais pu regarder avant de recevoir quelques temps après une invitation pour utiliser google wave. Google après avoir annoncé la fin de la période béta et l’ouverture de google wave sans invitation et sans coût supplémentaire sur Google Apps, Google a récemment annoncé la fin de Google Wave, qui sera donc arreté définitivement à la fin de l’année.

Au début les deux principaux arguments que je comprenais de leur vidéo étaient:

  • le remplacement de l’email
  • La capacité de communiquer en temps réel

J’étais particulièrement étonné de voir à quel point ils appuyaient sur le fait qu’il était possible de voir en temps réel ce que tapait la personne avec laquelle vous discutiez. Je n’y voyais pas un grand intérêt autre qu’une simple satisfaction technologique de la part de google.

Ensuite, espérer remplacer l’email est une chose importante, c’est même remplacer un des quelques moyens de communication les plus actifs aujourd’hui = mission impossible. Surtout si pour une telle mission, vous ne montrez pas un réel engagement de google (le coucou des deux représentants de la Google Wave team ne m’ont pas convaincu). Au début il fallait faire des demandes d’invitation pour avoir accès au système. Ensuite une fois votre invitation reçue, vous pouviez inviter 10 autres personnes. Pas simple de remplacer ses emails si vous ne pouvez le faire qu’avec 10 personnes.

Le problème de leur observation initiale est qu’ils prennent l’exemple d’un email qui fait des allers retours entre deux personnes et qui ensuite est envoyé à une troisième personne et qui finit par évoluer en ayant 4 ou 5 personnes dans la discussion. Quel est le pourcentage de nos emails qui suivent ce chemin? Et dans l’autre sens maintenant, ai-je vraiment envie de lancer une “wave” pour juste envoyer un email de confirmation qui va me prendre une ligne?

Commencer la vidéo en annonçant vouloir remplacer l’email était risqué, le reste de la présentation n’annonçait rien de convaincant et mes tests ne m’ont pas fait changer d’idée sur la solution.

Le rapport avec le PLM? En fait google wave avec son aspect collaboratif avait lancé quelques bloggeurs dans l’analyse de cet outil dans un environnement PLM.

(http://plmtwine.com/2010/01/11/collaboration-trends-or-why-i-stopped-using-google-wave/)

Et j’avais même à l’époque été remonté contre ces articles qui parlaient de choses bien loin des concepts de base du PLM qu’on a besoin de résoudre.

Ma vision est que google wave n’est rien de plus qu’un outil de réunion sans visio conférence, un parmis d’autres. Tout dépend de votre besoin de voir votre interlocuteur taper son texte en temps réel, lettre après lettre…

L’icone de google wave va donc bientôt disparaître de mon bureau, sauf si certains veulent partager quelques parties d’échec…

Intégration d'un jeu d'échec dans une Wave

Intégration d'un jeu d'échec dans une Wave

Yoann Maingon

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

  • Bonjour

    Personnellement, je suis un peu triste que google wave disparaisse, bien que je ne m’en sois jamais servi!
    Première remarque: le mail entre 2, puis 3, puis 5, puis 2 personnes, c’est tous les jours!

    Mais pour moi, google wave c’est deux choses:
    – une application permettant en effet de collaborer entre plusieurs personnes en live, avec au passage quelques aspects pratiques comme le drag and drop d’images, l’ouverture du format support pour le modifier, un peu comme un wiki. Mais oui, assez peu d’intérêt. Et puis remplacer le mail, c’est comme si on voulait remplacer le clavier azerty.
    – une plateforme de communication en live, avec historisation transparente. Et là, c’était beaucoup plus intéressant.
    Une des fonctions de base du PLM est de tracer les modifications. Pour celà, on gère des indices sur les objets, on valide ces objets, on révise ces objets, avec des ECO, voire des ECR. Ces processus sont à mon avis d’une rigidité trop grande pour bon nombre de personnes et d’entreprises, en particulier les nouvelles, les moyennes ou les peu structurées (ça en fait un certain nombre…). GW fournissait une fonction d’enregistrement des actions très intéressante à mon goût, libérant l’utilisateur des contraintes d’assurer la traçabilité manuellement via un processus plus ou moins lourd. Ajouté à la possibilité de collaborer à plusieurs au même instant sur une même donnée, c’était une piste intéressante, par exemple lors d’une revue de projet ou de design.
    Un exemple: un outil pour la conception/revue de géométrie où plusieurs personnes communique en live sur le modèle, le modifient, à des endroits différents, avec possibilité de rejouer les modifications, filtrer les annotations. Un concurrent dans le futur: Catia V6, des ancêtres (CoCreate, Alibre).
    La plateforme me semblait intéressante de ce point de vue.

  • C’est vrai que la plateforme propose une grande flexibilité. Et je pense que la solution est déployable par petits groupes, par département, mais à plus grande échelle elle m’inquiète un peu.
    Et je vous rejoins sur la fonction collaboration instantanée pour une réunion avec des personnes distantes, mais dans ce cas elle vient en compétition avec un plus grand nombre de solutions qui ont la visio intégrée, etc…
    La question que je me pose pour chaque nouvel outil de collaboration, c’est comment capitaliser toutes les informations produite sur Wave. Il y a des éléments de sortie avec google doc, etc… mais Google Wave n’apporte rien de nouveau à ce sujet. Ce sera une des évolutions importantes des outils de collaboration pour apporter un maximum de valeur au processus NPDI (New Product Dev & Introduction)
    En ce qui concerne la capacité à travailler à plusieurs sur un modèle, la plupart des discussions sur le sujet laissent penser que c’est peut-etre la voie de trop explorée par les éditeurs. Que les concepteurs, à part pour une revue, ne se voient pas co-créer en live sur un même modèle. Sur ce sujet, je manque d’expérience en CAO pour avoir un point de vue plus personnel.

Download Aras Innovator