(vidéo) La vision du PLM par Carl Bass, CEO d'Autodesk

Posted on June 16, 2010

Même si la vidéo suivante date de 2007, je pense que l’orateur, Carl Bass, Président et CEO d’Autodesk tient encore le même discours aujourd’hui sur le PLM. Ses arguments sont tout à fait valables et présentent vraiment la démarche des grands éditeurs du PLM. Cependant, la démarche Open Source et la flexibilité de la solution Aras Innovator viennent présenter une alternative qu’il ne peut cibler par ses argument dans cette vidéo.

Je commente donc ci-dessous ses principaux arguments:

  1. “Il n’y a que trois entreprises qui ont eu une problématique  PLM”: Il cite ici les trois éditeurs principaux de solutions PLM liés au marché de la CAO. Même s’il est vrai que ce sont eux qui en parlent le plus et qu’on a finalement peu d’entreprises qui s’adressent aux fournisseurs de solutions logicielles pour demander une solution PLM, c’est à mon avis plus par le flou qui persiste sur ce type de solutions. De plus les contre-exemples dans d’autres industries telles que la mode ou le développement logiciel, prouvent bien que la problématique PLM existe réellement.
  2. “companies from very small to very large” focalisant son activité sur des outils de CAO et de PDM, il est logique que par rapport aux éditeurs PLM leur panel de client soit plus élargi. Ici, le modèle Open Source vient répondre à cette demande et permet une plus grande flexibilité du point de vue du coût pour l’entreprise qui s’adresse donc au même panel d’utilisateurs. Il y a des entreprises de grande tailles qui requièrent un service de support et d’autres telles que MiTek qui évoluent en tant qu’Open User sans financer de support de la part de l’éditeur.
  3. “implementations take years and hundreds of millions of dollars”. Le PLM est en effet un outil qui aujourd’hui doit encore se modeler à l’entreprise par manque de flexibilité. Compte tenu de la taille des entreprises clientes et de projets PLM longuement spécifiés, il en découle des projets longs et coûteux. Le modèle Open Source permet aux utilisateurs d’en pévoir le coût et la durée avant même de faire appel à un intégrateur. En téléchargeant la solution vous pouvez déjà vous rendre compte du niveau de technicité que la solution demande et donc du coût que vous fera supporter votre intégrateur. Encore une fois, dans ces projets il vaut mieux commencer petit (même soi-même comme Open User).
  4. “20 million dollars and now they can do engineering change order (ECO), online” . Pour ce petit sarcasme, le model open source d’Aras Innovator répond: “téléchargez la solution, installez la, et vous avez une gestion des ECO quasiment gratuitement (rien n’est gratuit compte tenu du temps que vous y passez) en moins d’un journée.”
  5. “i’ve got to take it, nobody says this is great!”. Sur ce point, je suis d’accord avec lui, la majorité des projets PLM, de grande taille, existant n’ont pas apporté une expérience utilisateur convenable. Aras Innovator se veut simple et proche d’environnements connus.
  6. “they buy a solution to a particular problem” Sur ce point c’est souvent la méthode employée par les entreprises. On fait face à une problèmatique et on recherche une solution logicielle qui permettra de supporter le process à mettre en place. Je pense que c’est une idée qui deviendra de plus en plus efficace au fur et à mesure que des standards de données auront été définis. Ainsi à chaque nouvelle solution mise en place pour répondre à une problèmatique, les standards permettront de les faire interagir. Lorsque vous utilisez Aras Innovator, rien ne vous oblige à adresser toutes vos problèmatiques directement. vous pourrez ensuite faire évoluer vos modules en restant sur un même format de gestion des données.
  7. “how much money is spent on the software”. Dans cet argument, Carl Bass présente le fait que s’il y a beaucoup plus d’argent dépensé sur le consulting que sur le logiciel, c’est soit que le logiciel n’est pas bon, soit que le client essaye d’implémenter une solution qui n’a pas de sens pour son besoin. Dans le cas de l’Open Source il sera assez difficile de payer plus cher de logiciel que de service, je ne peux donc pas intervenir sur cet argument!

Malgré cette vision de la part d’Autodesk, Prodeos fait partie de l’ADN (Autodesk Developper Network) pour justement travailler sur des problèmatiques qu’Autodesk ne met pas dans ses priorités et ainsi avoir un peu plus de liberté dans nos développements plutôt que si nous travaillions avec un autre editeur de CAO que l’on concurrencerait sur le marché du PLM. De plus le support d’Autodesk et la communauté de développeurs nous permet d’être rapides sur nos développements.

Nous poursuivons actuellement le développement de notre connecteur Aras Innovator – Autocad qui sera disponible librement sur notre portail codeplex. Nous travaillerons ensuite sur des structures plus complexes avec Autodesk Inventor.

N’hésitez pas à commenter si les arguments de Carl Bass ne vous conviennent pas ou qu’au contraire vous être d’accord avec lui!


 

Yoann Maingon

Yoann Maingon is an Entrepreneur and a PLM enthousiast. He is our main blogger at Minerva as he has been publishing articles about General PLM concepts and Aras Innovator for more than three years.

More Posts

Download Aras Innovator